Le mâchon lyonnais

Le mâchon lyonnais

Le mâchon lyonnais est à la mode, vive le mâchon ! En cette période compliquée pour les restaurateurs, il est une tradition lyonnaise qui commence à faire sérieusement parler d’elle, j’ai nommé le mâchon, repas matinal se déroulant dans un bouchon lyonnais.

Alors si tu es néophyte en terme de langage lyonnais, j’imagine bien que mâchon et bouchon ça ne te parle pas trop. Je vais t’expliquer tout ça.

Qu’est ce qu’un bouchon lyonnais ?

Un bouchon lyonnais est un restaurant traditionnel dans le plus pur jus lyonnais : nappes à carreaux, tables en bois, on est tous serrés, on peut manger à la même table que des personnes qu’on ne connait pas, on y mange ” riche”, ça parle fort, ça boit bien. Les quenelles, les abats, la cochonnaille et le beaujolais ou le pot de côte du Rhône y sont les rois.

Contrairement à une légende répandue, le nom bouchon ne vient pas du fait que dans ces établissements, on y bouchonnait les chevaux. La vraie histoire est tout simplement qu’avant, les cabarets où l’on pouvait manger, accrochaient des bottes de branchages en forme de boule devant leur porte pour se signaler. Ces botte de branchage s’appelaient des bousches.

Les bouchons ont connus leur grande heure de gloire grâce aux mère lyonnaises. Ces braves dames, qui étaient cuisinières chez les bourgeois, se sont vite trouvées à la rue suite à plusieurs crises économiques ( révolution, guerre, crise, toussa toussa…je schématise mais bon, je vais pas te faire un article sur les mères, ce n’est pas le sujet ici ). Nombre d’entre elles se sont alors mariées avec des cabaretiers. Ces messieurs les maris servaient du vin, ces dames se sont mises aux fourneaux. Les bouchons étaient nés.

Aujourd’hui on trouve un peu de tout sous ce nom de bouchon. Le bouchon lyonnais, c’est LE truc à faire à Lyon, et depuis que Lyon prend un essor touristique assez fulgurant, il fleurit des bouchons à tous les coins de rue. Ne t’y trompes pas ! et ne te fie pas aux différents logo “authentique” ou “véritable” que tu vois sur les vitrines. Demande conseil aux vrais lyonnais. Je peux te citer quelques bons bouchons où tu ne seras pas déçu : Le Musée, Chez Paul, Au petit bouchon chez Georges, Le Garet, Le café des Fédérations, Le jura, Les Marionnettes, etc…. Tout ce qui a l’air un peu moderne, ou du vieux qui a l’air bien neuf, tenus par des petits jeunes tout pimpants et qui s’appelle ” bouchon quelque chose “, tu oublies. Le mâchon se fait obligatoirement dans un vrai bouchon.

Le mâchon lyonnais
restaurant A Ma vigne, le meilleur steak au beurre du monde !
Le mâchon lyonnais
au petit bouchon chez Georges, élu meilleur bouchon

Qu’est ce que le mâchon lyonnais ?

Un mâchon lyonnais est un repas matinal pris dans un bouchon lyonnais. Quand je dis matinal, ça veut dire autour de 8h30. Quand je dis repas, c’est vrai repas, costaud, a base de cochon ou de produits tripiers le plus souvent. Et des canons, n’oublions pas les canons ! du Beaujolais, du côte du Rhône, du Mâconnais dans des verres ballons. A 8h30 du matin, oui madame, oui monsieur ! Et avec les copains bien sûr, sinon ça ne vaut pas le coup.

Le mâchon est une tradition qui nous vient des canuts, ces ouvriers de la soie qui travaillaient à La Croix Rousse. L’ouvrage commençant très très tôt, il fallait à tout ces braves gens de quoi se restaurer sur le coup des 7 heures du matin. Ils allaient donc manger un bon gros plat qui tenait au corps. Et un plat pas cher, d’où la cochonnaille et les plats de tripes. Par extension, tous les ouvriers qui commençaient leur journée très tôt ( les boulangers, les bouchers ), parfois à 2 h du matin, ont également fait leur ce repas matinal.

Si le mâchon s’était un peu perdu depuis quelques années, il revient en force depuis un moment et c’est une véritable joie. Certaines personnes se font un devoir de faire perdurer cette tradition gourmande, à l’instar des Francs Mâchons, confrérie de gourmets qui délivrent des diplômes aux restaurateurs au fur et à mesure de leurs agapes. Je fais moi-même partie d’un groupe de mâchonneurs et on se retrouve environ une fois par mois autour d’un verre de Mâcon et un plat de tripailles. On est souvent fourrés au restaurant A ma Vigne ( le meilleur steak au beurre du monde, frites maison, tarte à l’orange ), Au petit bouchon chez Georges ( élu meilleur bouchon ) ou au Comptoir du Loup Pendu ( aaaah sa fraise de veau ! ). Tu peux d’ailleurs suivre mes aventures machonnesque régulièrement sur mon compte Instagram.

En pratique, un mâchon c’est :

  • apéro vin blanc / rosette ( un saucisson sec lyonnais ) / gratons ( des morceaux de gras de porc frits. Oui, tu as bien lu ) / ou n’importe quoi d’autre de lyonnais
  • un plat bien lyonnais : tablier de sapeur ( morceau de panse pané servi avec une sauce gribiche ) /saucisson cuit pomme de terre vapeur / un plat de cochonnaille ( pieds, joues, têtes, etc…) / tête de veau / cervelles / fraises de veau …. bref, du qui tient au corps. Le tout arrosé d’un pot de côte ou d’un beaujolais.
  • un bout de fromage ou 1/2 St Marcellin.

Jamais de dessert dans un mâchon traditionnel. Pourquoi ? aucune idée ! mais chez mon copain Stephane ( A ma Vigne ) on part quand même jamais sans avoir jeté un sort à la tarte à l’orange et la glace aux pralines…..

Les prix varient de 25 à 33 euros en général. Tout compris. Cependant, l’élément principal du mâchon reste l’amitié, la bonne ambiance, l’envie de partager et de passer un bon moment. Au mâchon on est tous copains. Si tu as l’opportunité d’aller dans un mâchon, vas y. Même seul, tu seras accueilli et mélangé aux autres. Tu ne resteras pas seul et tu repartiras avec de nouveaux copains !

Evidemment, aucun autre repas n’est prévu dans ta journée après un mâchon. Il y a bien deux ou trois timbrés qui enchainent avec un plateau d’huitres aux halles de Lyon Paul Bocuse à midi mais eux, ils vivent dans un monde à part. Notes que je les aimes hein ! ce sont mes copains… Pour ma part, un mâchon le matin me suffit jusqu’au soir. Et figures toi que la bonne nouvelle, c’est que tu seras en super forme pour enchainer avec ta journée de boulot. Si je te jure ! autant un repas au restaurant à midi me coupe l’énergie pour le reste de la journée, autant un mâchon me donne une patate folle pour enchainer tout ce que j’ai à faire ensuite.

Voilà, j’espère t’avoir donné envie de venir découvrir notre si jolie tradition gastronomique. N’hésites pas à poser tes questions en commentaire ou à partager ta propre expérience des mâchons. Et si tu as déniché une pépite d’adresse, je suis tout ouïe. Tu peux retrouver quelqu’uns de mes restos préférés ici

Le mâchon lyonnais
comptoir du Loup Pendu, à Rillieux la Pape
Le mâchon lyonnais
le merveilleux gratin d’andouillette de Frère Barbet, à Oullins
Le mâchon lyonnais
tablier de sapeur et saucisson à la vigneronne Chez Georges

 Lyon,

Laisser un commentaire