comment je gère mon intolérance au lactose

Publié le par Nat

laitages pour un article sur l'intolérance au lactose
ma vie sans lactose

Je prépare cette article dans ma tête depuis des semaines, il est temps de le faire vraiment parce que je pense que mon expérience peut t'être très utile. Tu viens de découvrir que tu avais un problème avec le lactose et tu paniques un peu à l'idée de devoir chambouler ton alimentation ? Je vais t'aider. Et la bonne nouvelle, tu vas voir, c'est que c'est pas si compliqué. 

Alors on va mettre les choses au point tout de suite : je ne suis pas médecin. Je suis rien du tout moi. Juste une qui s'est aperçu qu'elle était devenue intolérante au lactose à 46 ans et qui va te partager son expérience, juste sa propre expérience. Donc pas la peine de venir m'expliquer que niveau médical je dis n'importe quoi, c'est surement le cas puisque je ne parle que de mon expérience de consommatrice et d'intolérante au lactose. 

J'ai compilé pleins d'infos pendant des mois, appris des choses que la majorité des intolérants au lactose ne savent pas, regardé des vidéos de spécialiste, acheté des laits végétaux, essayé les laits végétaux, balancé les laits végétaux pour revenir à des produits laitiers de qualité...parce qu'on parle ici d'intolérance au  lactose et pas d'allergie au protéines de lait ! Tu ne comprend pas la différence ? je vais t'expliquer cette différence puis je vais t'expliquer comment j'ai appris à gérer cette intolérance alimentaire. 

Il ne faut pas confondre intolérance au lactose et allergie aux protéines de lait. L'intolérance au lactose permet la consommation de certains produits laitiers, l'allergie aux protéines de lait c'est autre chose, c'est très grave et tout aliments comprenants une part de produit laitiers doit être évité absolument dans ces cas là. L'intolérance entraine des désagréments, des douleurs des ballonnements, etc....une allergie peut entrainer la mort. Je ne parlerais donc vraiment que d'intolérance au lactose. Les allergiques doivent consulter un spécialiste. 

Qu'est ce que le lactose exactement et où le trouve t'on ? 

Le lactose est le sucre du lait. On le digère grace à une enzyme appelé lactase. 

Nous naissons tous avec un stock de lactase en nous et ce stock commence à s'épuiser une fois que l'on a passé la petite enfance et les biberons. Il s'épuise plus ou moins vite chez les uns et les autres. Une fois que notre stock est épuisé, on ne le digère plus, et là les problèmes digestifs commencent, on est devenu intolérant au lactose.

Le lactose est présent dans le petit lait ( lactosérum ). C'est ce que l'on trouve dans les fromages frais et les yaourts notamment. On ne le trouve pas dans les fromages à pâte pressée comme le comté vieilli ou le gruyère par exemple puisque tout le petit lait en a été ôté. 

Comment j'en suis arrivée à penser que j'avais un problème avec le lactose ? 

Il y a presque un an, j'ai commencé à avoir des douleurs à l'estomac de façon assez régulière. Ce n'était pas inquiétant, rien dont un advil ne puisse venir à bout. Petit à petit, les douleurs se sont amplifié. J'ai alors consulté un médecin qui m'a prescrit un truc pour les reflux gastrique. Cela n'a eu aucun effet, j'ai consulté à nouveau. Les douleurs devenaient vraiment importantes. Je pensais avoir un ulcère, j'en ai parlé au médecin qui m'a alors prescrit une échographie. Elle n'a rien révélé, tout avait l'air normal. 

Les douleurs sont alors devenues plus diffuses, elles ne se limitaient plus à l'estomac mais à tout le sytème digestif. Un jour où les douleurs étaient presque insoutenable, mon médecin m'a envoyé aux urgences. J'avais tellement mal au ventre que les médecins m'ont tout de suite fait passer un électrocardiogramme ( le mal de ventre est l'un des symptômes de la crise cardiaque chez la femme ) puis une échographie. Ils n'ont rien trouvé et m'ont simplement renvoyé à la maison avec une prescription pour les reflux gastriques, encore ! 

J'ai passé plusieurs mois malade, terrassée de douleur, couchée sans pouvoir bouger 3 à 5 jours par semaine. J'ai fais plusieurs passages aux urgences, vu d'autre médecins, passé des examens, eu une fibroscopie ( qui ne révélait toujours rien d'anormal ). J'ai vraiment pensé que j'avais un truc très grave, un cancer du système digestif au moins, et que les médecins passaient à côté. Ce fut quelques mois d'enfer. Crois moi, on se sent très seul dans ces cas là. Après plusieurs mois de douleurs sont venues les nausées, les spasmes qui te déchirent le ventre, des vomissements ultra violents qui te laissent avec les côtes douloureuses pour le reste de la semaine...

Une nuit où je ne pouvais dormir, ayant très mal au moindre mouvement et très envie de vomir, j'ai pensé à toutes les discussions des " sans gluten" sur les réseaux sociaux. Va savoir pourquoi ! parfois la nuit, le cerveau part un peu là où il veut. J'ai commencé à chercher sur internet les symptômes de l'intolérance au gluten. Je lisais " inconfort digestif " là où je vivais " je vais mourir de douleur " mais bon, je suis pas à l'abri d'être une chochotte non plus, pour ce que j'en sais ! Je lisais nausées, ventre gonflé ( le mien était dur comme de la pierre ), fatigue ( tu penses ! ). Et je me suis dis " et si c'était ça ? "

J'ai donc commencé une alimentation sans gluten et sans lactose, ayant lu que l'un et l'autre allaient souvent de pair au début. L'intolérance au gluten entraine automatiquement une mauvaise digestion du lactose, il est donc conseillé d'arrêter les deux au début puis de reprendre le lactose petit à petit au bout d'un moment. Les douleurs se sont arrêté. 

J'ai découvert le merveilleux monde des " vous avez quoi sans gluten ?" et ce fut une horreur ! je me suis orientée vers les produits estampillés " sans gluten " des rayons spécialisés et je crois bien que chaque truc testé était plus mauvais que le précédent. Du pain aux pâtes en passant par les biscuits et les farines en tout genre, beurk, beurk, beurk et beurk ! 

Pour le lactose, j'ai donc découvert les laits végétaux, les crème de soja, les yaourts au lait de coco et autres joyeusetés du même genre. Horrible. C'est le seul mot que j'ai trouvé pour résumer ce type d'alimentation. Certains aiment, tant mieux pour eux, ça doit leur faciliter le quotidien. 

J'en suis venue à la conclusion qu'il valait mieux apprendre à se passer de certains aliments plutôt que de vouloir les remplacer. Les gâteaux estampillés " sans gluten" sont tellement bourrés de sucre qu'ils sont immangeables ( et pour peu que tu sois diabétique alors là, oublies carrément ! ). Les pâtes de maïs, non merci. Les simili pains, hors de question. Les laits végétaux non plus. Et non la crème de riz c'est pas comme de la crème fraiche. 

Quand, comme moi, ta vie tourne autour de la bouffe, l'idée de ne plus jamais manger un plat de pâte, un morceau de pain frais ou un morceau de fromage ça te plombe vite les journées. 

Ce mode d'alimentation a duré quelques semaines avant que je fasse deux ou trois entorses : une fois un truc pané au restaurant, une autre fois un morceau de pain frais pour saucer parce-que-là-vraiment-c'était-obligé, une autre fois je sais plus quoi chez des copains...parfois ça passait et parfois pas du tout, je me refaisais des séances de 36h de douleurs sur mon canapé. J'ai mis du temps à réaliser que les fois où ça n'allait pas du tout ce n'était jamais une histoire de gluten, ce qui était une super bonne nouvelle pour moi : à moi les pâtes et la baguette fraiche du dimanche matin !

J'ai commencé à regarder avec suspicion cette histoire de lactose, malheureuse que j'étais d'être condamnée aux laits végétaux ( le thé au lait le matin c'est possible qu'avec du vrai lait sinon autant passer au café ). 

Comment manger sans lactose ?

Lorsque j'ai compris que j'avais effectivement un problème avec le lactose et que mon univers gastronomique se réduisait à vue d'oeil il s'est passé deux ou trois petits miracles.

Le premier s'appelle Matin Léger de Lactel, c'est du lait sans lactose et on le trouve dans toutes les grandes surface, c'est pas merveilleux ça ?? à moi le thé au lait du matin ! J'en consomme depuis plusieurs mois maintenant et c'est vraiment parfait. Ça permet de faire des des béchamel, des gâteaux, des crêpes, tout quoi ! 

Le second s'appelle Odile, et c'est l'une de mes fidèles lectrices sur ma page facebook la petite cuisine anti-gaspi. Elle m'a orientée vers les vidéos du Dr Delabos, célèbre médecin nutritionniste. Il explique l'intolérance au lactose comme personne d'autre et surtout il explique que non, on est pas condamné aux produits végétaux ou de substitution. C'est lui qui parle du petit lait. C'est par lui que j'ai appris que lactose ne signifie pas lait et que donc, oui on peut manger des produits laitiers. Lesquels ? tout ceux qui ne contiennent pas de lactose, à savoir : les crèmes fraiches à plus de 33% de matière grasse ( à moi les gratins ! ), les fromages à pâte pressée ( emmental, cantal, comté, gruyère, raclette, etc.. ), le roquefort ( le vrai, c'est de la brebis ), le brocciu, les mozzarella di buffala ( pas de lactose dans le lait de bufflonne )....Allez, ciao les laits végétaux ! Je te conseille de regarder cette vidéo, tu en trouveras pleins d'autre de ce monsieur sur You tube. 

Le troisième enfin s'appelle Lactase. Il suffit de prendre deux comprimés avant un repas où l'on risque d'ingérer du lactose et ça passe crème. C'est parfait pour un repas au resto ou chez des copains. Je le commande en ligne. 

Ces trois infos me permettent d'avoir une alimentation quasi normale au quotidien. En revanche, j'épluche les listes d'ingrédients et étiquettes de composition de tout. Le lactose se cache parfois là où on ne l'attends pas du tout, dans les charcuteries par exemple. Ainsi, quand on est intolerant au lactose, on peut parfaitement manger de la raclette mais on devra se méfier de la charcuterie ! Une raclette aux légumes c'est pas mal en fait. Ou alors on fait sa propre charcuterie ( pancetta maison ici  et autres recettes ici ). 

Il faut également apprendre à déchiffrer les composants des médicaments. J'en ai fais la triste expérience, un banal comprimé de plantes pour une crise de spasmophilie m'a cloué au lit pour trois jours il y a peu de temps. Son nom ? Zénalia. Excipient ? lactose. Voilà.....

Enfin, il faut bien sûr éviter au maximum d'acheter des plats préparés, ils contiennent  très souvent du lait et du lactose. Apprenez à lire les composants des préparations que vous achetez. Les courses sont un peu plus longues que d'habitude au début mais on apprends vite à reconnaitre ce que l'on doit éviter. 

Je trouve navrant d'avoir dû faire ce cheminement seule. En l'espace de 8 mois, j'ai consulté plusieurs médecins généralistes, un gastro entérologue, fait plusieurs examens, rencontré un nutritionniste ( quand j'ai évoqué la piste d'une intolérance alimentaire gluten ou lactose il m'a envoyé balader, me disant que ces histoires d'intolérance c'était n'importe quoi et qu'il fallait " arrêter de lire des conneries sur internet" ), aucun de ces médecins n'a pensé à une banale intolérance. Tous m'ont dit " je ne sais pas pourquoi vous avez mal". Lorsque j'ai dis à mon généraliste habituel, il y a quelques semaines, que je m'étais découverte intolérante au lactose, il m'a dit " ah ok ! ça explique tout alors". C'est fou, non ? Pendant 8 mois j'ai cru crever et il a fallu que je me débrouille toute seule. Il aurait fallu prendre rendez vous avec une allergologue ( pas loin d'un an d'attente à Lyon) et lui demander à effectuer un test d'intolérance au lactose. Elle m'aurait orienté ( je dis elle parce que l'allergologue de mes enfants est une dame ) sur un hôpital ou il aurait fallu prendre à nouveau rendez vous avec plusieurs semaines d'attente....c'est peut-être ce que toi tu as fait si tu as été bien orienté. En ce qui me concerne, j'en suis arrivée à cette conclusion seule, après des mois de souffrances. 

Je trouve aussi dingue que certains intolérants au lactose, qui le sont depuis belle lurette, aient pris comme une fatalité de passer aux laits végétaux sans que personne ne leur ai jamais dit qu'on pouvait être intolérants et consommer certains laitages. C'est à mon avis, une info qui mérite d'être largement partagée. 

J'espère que cet article et mon expérience t'aideront  à gérer à ton tour une intolérance au lactose ou au moins, t'aideront à apporter des réponses à des questions que tu te poses peut-être. Peut-être que je vais t'apporter des éléments de réflexion à un problème que tu as, ou quelqu'un de ton entourage. 

N'hésites pas à laisser un commentaire et à partager tes infos, tes questions ou ta propre expérience. 

Et merci d'avoir pris la peine de lire cet article en entier, il est un peu long, je le reconnais ;-)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vanessa 29/05/2020 17:35

T'es super , ne change rien ! :-) bise

Nat 30/05/2020 10:27

c'est pas au programme ;-)

So 28/05/2020 19:22

Bonjour

Je vous suis régulièrement.
Et je vous suivrais encore plus ????

Ma fille est intolerante au
Lactose
Gluten
Fructose
Et pleins d autres aliments.
Ça fait 5 ans , elle a 23 ans .

Une réelle souffrance.
Elle a le SIBO , Je ne pourrais vous expliquer dans les détails ce qu est cette ...chose ...

Elle mange , et hop , son ventre gonfle, puis des douleurs plus ou moins fortes.

C est dans votre tête mademoiselle....

Nat 28/05/2020 19:37

la pauvre, je n'ose imaginer un truc pareil. Là c'est un véritable handicap. Pour moi, Dieu merci, ce n'est qu'une histoire de lactose et une fois qu'on le sait, c'est pas bien méchant à gérer. Je te souhaite, et à elle surtout, beaucoup de courage

So 28/05/2020 19:23

Regime sans fodmaps pour elle , mais pas toujours évident

Prescilia 28/05/2020 16:09

Je vais enfoncer encore un peu le couteau mais en plus du lactose, qu'on ne peut normalement plus digérer de fait, après 7 ans car on ne produit plus de lactase, il y a aussi la caséine, qui est une protéine, c'est plutôt elle la coupable dans les intolérances et qui va créer des désagréments qui peuvent aboutir sur des maladies auto-immunes mais il y a aussi les hormones de croissances qui vont à force, créer des maladies de type ostéoporose, avec une combinaison d'excès de calcium.... Bref, c'est pas pour rien que nos ancêtres avaient décider de faire fermenter tout ça pour réussir à en consommer un peu.... C'est donc dans le lait de brebis et de chèvre qu'il y a le moins de caséine et d'hormones de croissance. Dans les fromages, le lactose est transformé par les levures et bactéries lors de la fermentation (encore faut-il acheter des fromages non pasteurisés) mais il reste les protéines donc à consommer sans excès mais avec plaisir, puisque c'est ce que je trouve le meilleur dans les produits laitiers de toute façon, ça tombe bien :)

Nat 28/05/2020 18:39

merci pour ces infos complémentaires !

Bienvenue chez Amélie 28/05/2020 14:22

Un bel article qui me concerne, j'ai découvert qu'il y a peu de temps, je devais suivre ce genre de régime, je me suis fait même une jolie liste des aliments à manger et interdits (entre mes médocs et ne plus avoir de thyroïde, c'est un casse tête chinois car il faut éviter radis, pamplemousse...), tiens d'ailleurs, le vent vient de la mettre par terre cette feuille, est-ce un signe ! Je me tourne plutôt dans les légumes, je fais mes yaourts maison.
Et puis, j'ai revu certaines mauvaises pratiques comme les gâteaux bourrés de sucrerie, un café par jour voir un tout petit pour l'apm !
Mais tout article va me sauver, car en fromage, je prenais que du fromage de chèvre, le gruyère pour les gratins, je l'avais remplacé par de la chapelure !
Merci pour cet article déjà dans mes favoris...Belle journée

Nat 28/05/2020 18:40

merci à toi pour ton témoignage. Bien heureuse que cet article te serve :-)

Claire B 28/05/2020 13:56

Je ne suis pas concernée par ce problème, mais j'ai trouvé cet article très intéressant à lire. Merci.

Nat 28/05/2020 18:41

merci à toi de l'avoir lu alors