l'acajou, chez Jean Imbert

Publié le par Nat

l'acajou, chez Jean Imbert

J'ai enfin testé l'Acajou ! voilà, ça me faisait envie depuis le Top Chef édition je sais plus combien où Jean avait été grand gagnant. Sa cuisine avait l'air magique et désormais je peux le confirmer : elle l'est !

Le cadre est très chouette, intimiste, sombre mais éclairé juste assez pour être agréable et surtout suffisamment pour que l'on voit ce que l'on mange. L'accueil est charmant. La grande table d'hôte est un concept assez sympa dans la mesure où elle est longue et qu'elle ne donne pas le sentiment de manger les uns sur les autres.

Pour le soir il s'agit d'un menu unique à 75€ avec deux entrées, choix de plat, deux desserts, le tout précédé de trois amuses bouches. Il y avait une possibilité de homard avec un supplément de 20€ que nous avons choisi et que nous n'avons absolument pas regretté.

Bon, très franchement, c'était juste fabuleux. Tout était à sa place, des goûts extra, des cuissons parfaites et surtout des plats que je n'avais jamais dégusté ailleurs. Tous les accords étaient vraiment parfaits, Jean est réellement un très grand cuisinier.

Je ne vais pas vous faire le blabla du " voyage culinaire", "expérience intéressante" et autre " la longueur en bouche blablabla.." parce qu'il s'agit là d'une mode que je déteste ou chacun se transforme en critique gastronomique imbu de son savoir et qu'au final ces expressions ne veulent rien dire. Pour moi la cuisine c'est bon ou c'est pas bon, point. Celle de Jean Imbert est trèèèès bonne, voila.

L'acajou a vraiment été un coup de foudre et entre directement dans mon top 5 des restos préférés à refaire.

Si vous passez dans le coin n'hésitez pas, allez y.

l'acajou, chez Jean Imbert

on commence avec l'un des amuses bouches : la purée avocat banane oseille. Jamais ça ne m'aurait effleuré de marier ces trois saveurs et c'était excellent. A refaire à la maison donc ( enfin, à essayer de refaire !)

l'acajou, chez Jean Imbert

le deuxième amuse bouche : l'eau de tomate au céleri et poivrons. Ce fut une ma découverte gustative de l'année, un concentré de saveurs incroyable. A refaire aussi donc ;)

l'acajou, chez Jean Imbert

enfin pour clore les amuses bouches de jolies petites chips minutes, donc chaudes, de pommes de terre de Noirmoutiers.

l'acajou, chez Jean Imbert

La première entrée : rillettes de maquereau, gelée de vin blanc, kumquat et radis, mayonnaise au thé matcha et graines de quinoa grillées. Je n'aurais jamais pensé à cette alliance de produits, encore une fois, mais ça fonctionnait très très bien. A retenir : les graines de quinoa grillées ! c'est une super idée pour apporter du croustillant sur plein de choses et c'est rien à faire.

l'acajou, chez Jean Imbert

On poursuit les entrées avec un pain de mie grillé au curcuma qui recouvre un tartare de langoustine et une crème de fenouil avec des petits bouts croquants de pomme granny smith, un délice donc.

l'acajou, chez Jean Imbert

Ensuite on nous a amené une petite chose qui n'était pas prévu initialement dans le menu mais que nous avons su apprécier : des cannellonis aux artichaut et parmesan. La pâte était juste cuite al dente et la farce aux artichaut très légère.

l'acajou, chez Jean Imbert

L'un des plats ensuite : le quasi de veau rosé et sa crème de brocoli. Pour le coup ça c'est du déja vu mais quand c'est réalisé à la perfection on dit oui !

l'acajou, chez Jean Imbert

voici le plat que j'avais choisi moi : un merlan cuit à la perfection, très fondant, avec une polenta crémeuse, des girolles, un jus de moules safranées et quelques pickles. Bien qu'habituellement je tique un peu lorsqu'il y a trop de saveurs différentes dans un plat là ce ne fut pas le cas. Encore une fois, alliance super réussie des goûts et des textures.

l'acajou, chez Jean Imbert

Enfin voici le homard. Sur la photo c'est un plat pour deux. Nous étions un peu inquiet de voir ce qu'on allait nous servir car il faut dire que niveau homard on a souvent été déçu chez les grands chefs, surtout au niveau des quantités. Et bien chez Jean ça rigole pas avec le homard, croyez moi ! le supplément de prix est largement justifié : un homard par personne, cuit juste à la perfection, accompagné de petites Noirmoutiers et d'une bisque crémeuse à tomber. Le tout servi dans une magnifique cocotte en cuivre. Je peux vous dire que si j'avais été à Lyon au lieu de Paris et si j'avais du rentrer à la maison ce soir là au lieu de l'hôtel j'aurais demandé un doggy bag pour emmener le reste de la bisque ! si si je l'aurais fait :)

l'acajou, chez Jean Imbert

Enfin pour clore ce merveilleux repas le premier dessert : un financier à la pistache monté comme un macaron, très très fondant, et un coulis de fraise qui tenait plus de la purée de fruit que d'un jus. C'était excellent, même pour moi qui n'aime pas vraiment le sucré.

l'acajou, chez Jean Imbert

le deuxième dessert : alors là sincèrement je ne me rappelle plus vraiment ce qu'il y avait la dedans mais on l'a englouti ! tout juste puis je vous dire qu'il était question de mousseline au chocolat blanc avec une glace à je ne sais plus quoi ( vous êtes bien avancés hein ? elle était blanche cette glace ! lol ) et avec pleins de pépites de trucs croquants comme de la nougatine...bref, une tuerie comme on dit !

Et là je m'aperçois qu'il serait peut-être bon que je m'améliore niveau termes de pâtisserie...

Publié dans j'aime

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article